08 avril 2008

12 heures plus tard, dans un entrepôt de la ville de Mendoza

Il faisait déjà nuit, l’entrepôt était sombre et un humain n’y verrait goutte. Mais pas nos deux protagonistes, qui n’étaient par ailleurs pas humains. Ils s’avancèrent vers le centre du bâtiment où était posé une sorte de casque moto de marque japonaise sur une caisse en bois. Le démon sous son habit composé d’une longue cape et d’un capuchon noir tenait une reliefographie dans sa main. « Il vous faut l’éliminer. L’Ad. en a conclu qu’elle était à l’origine de tout cela. » le félin repris son souffle en désignant d’étranges trous et anomalies électromagnétiques qui les entouraient. « C’est le seul exemplaire que possède l’Ad. » continua-t-il en désignant le casque du bout de la canne « Il permet de remonter au maximum d’une Rotation (24 heures) dans le temps » Le démon commença à le placer sur sa tête, par-dessus son capuchon « Couchez-vous je vous prie. » continua le chat bavard. La grande créature rouge s’exécuta, se plaçant sur un vieux matelas. Le démon enclencha le mécanisme du casque et disparu presque aussitôt dans un éclair de fumée. Le casque et la reliefographie représentant le doux visage d’Elysabeth reposaient alors sur le matelas. Etrangement, les anomalies ne cessaient pas … bien au contraire. Oscuriel se frottait les pattes fier de lui puis sorti une feuille blanche et un élégant stylo plume. Il s’approcha de la boîte de bois pour l’utiliser comme support *Tching* il cogna un petit objet de métal. Curieux il observa un moment la pièce métallique puis son visage se crispa dans un rictus de terreur. Il saisit la pièce puis le casque. Horreur, la pièce se plaçait parfaitement dans son emplacement sur le casque. Le félin jeta les objets et se précipita sur sa plume. « Pour l’Administration » son écriture était affolée, saccadée, il était entouré de trous étranges de plus en plus nombreux qui se formaient et disparaissaient sur la surface même de la réalité. « La fille du secteur VL-SSol-3P-GB-L n’a rien à voir avec les Anomalies. Elles résultent d’une erreur de manipulation de la machine temporelle » signée « Agent Osc. » Il l’a plia et se dépêcha de sortir la mettre dans la boîte au lettre la plus proche pour un envoi instantané, espérant que l’Ad. arriverait à résoudre ça … ce ne serait pas la première fois. Il croisa Lyz en l’ignorant, elle boudait devant l’entrepôt et l’ignorait aussi. Mais il était trop tard. La totalité de la réalité s’effondra sur elle-même dans un fracas grandiose. Des milliards de soleils s’éteignirent, des milliards de milliards de personnes aussi, l’univers entier disparu dans un éclair de génie, une bouffée d’illogique. Ne restait de ce désastre que Lyz et Dieu, seuls survivants de l’achèvement des paradoxes.

Fin ?

Posté par Keil à 13:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur 12 heures plus tard, dans un entrepôt de la ville de Mendoza

Nouveau commentaire