03 avril 2008

« Toc, toc, toc ! » Lyz fronça les sourcils puis ouvrit lentement les yeux « Séphy ?... » souffla-t-elle … Elle subissait encore les échos d’un rêve lointain. Elle serra le drap blanc dans sa main et se redressa doucement, les yeux dans le vague. « Miss, nous devons partir dans l’heure. » annonça poliment la porte. Lyz émit un grognement sourd. Dans le couloir, des pas s’éloignèrent. Elle se passa la main dans les cheveux en bataille. Une heure et quart plus tard elle arriva dans la pièce principale du bar. Notre ami le félin lisait paisiblement le journal « Vous êtes en retard » fit-il remarquer. Lyz l’ignora « Vous me ramenez à Londres maintenant ? » Oscuriel l’ignora, posa le journal et s’alluma une cigarette. La londonienne soupira « Je peux ? » fit-elle en montrant du doigt le paquet du félin. Celui-ci plaça la cigarette allumée entre ses lèvres et en tendit une à Lyz. Celle-ci la prit en soupirant un « Merci » puis la plaça dans sa bouche, pendant qu’Oscuriel approchait son briquet pour l’allumer. Une flamme en sortit mais n’eut pas le temps de brûler le papier de la gauloise. Lyz sentait que le sol était moins palpable, elle passa au travers comme dans de l’eau « Eyh merde ! » brouila-t-elle en avalant la totalité de la cigarette. *Shkraac !* c’était le bouquet, son haut s’était déchiré, elle était suspendue à moitié dans le vide insondable, retenue par un bout de tissus accroché au bout d’une canne blanche. « Voilà ce qui arrive lorsque l’on est pas à l’heure » Elysabeth croisa les bras et fit une moue boudeuse. Le félin tendit une patte que la fille agrippa fermement, se laissant hisser hors du trou qui se referma immédiatement après que celle-ci retrouve le plancher du bar. Elle était trempée et à quatre pattes « Ecartez-vous » conseilla-t-elle au félin qui s’exécuta avant que la jeune fille ne régurgite gracieusement le contenu de son estomac. « Voilà ce qui arrive lorsque l’on avale une cigarette »  « Mmph ! » Elle s’essuya la bouche du revers de la main, se relevant en s’appuyant sur une table. « Désolée … » fit-elle au barman « C’est rien, j’en ai vu d’autre » répondit-il amicalement.

Posté par Keil à 18:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur « Toc, toc, toc ! » Lyz fronça les sourcils puis

Nouveau commentaire